Neurofeedback : technique avancée d’apprentissage du cerveau

Août 9, 2019 by

Neurofeedback : technique avancée d’apprentissage du cerveau

Le neurofeedback fait référence à une technique thérapeutique non invasive qui aide les patients à apprendre à contrôler leurs propres ondes cérébrales pour traiter les troubles de santé mentale. Pour ce faire, il fournit des lectures en temps réel des ondes cérébrales, ce qui donne au patient l’occasion de surveiller comment certaines techniques provoquent des changements.

Neurofeedback : Qu’est-ce que c’est ?

Pour comprendre les fondements du neurofeedback, nous devons discuter brièvement de son champ d’origine, le biofeedback.

La rétroaction biologique est une technique qui vise à former les gens à améliorer leur santé physique en contrôlant consciemment les fonctions physiques qui se produisent habituellement inconsciemment. Par exemple, les praticiens apprennent à réguler leur propre fréquence cardiaque, leur tension artérielle, leur température corporelle et leur activité gastro-intestinale.

Le neurofeedback est une forme de biofeedback qui forme les gens à contrôler leurs ondes cérébrales pour traiter un éventail de problèmes de santé mentale. Il est également utilisé pour aider les personnes qui ont souffert de lésions cérébrales ou de déficiences cognitives.

Neurofeedback : théorie

Le Neurofeedback est fondé sur la théorie de base du biofeedback, selon laquelle les fonctions physiques causent certaines maladies et certains troubles. Il part du principe que les gens sont capables d’apprendre à réguler ces fonctions.

Comment le neurofeedback suggère-t-il que l’esprit fonctionne ?

Le Neurofeedback suggère que les ondes cérébrales à différentes fréquences sont associées à différents états mentaux. Quatre types d’ondes cérébrales de base sont associés à ces différents états :

  • Les ondes bêta rapides et de faible amplitude provoquent la vigilance et l’excitation, menant à une activité cognitive engagée.
  • Les ondes alpha plus lentes, avec une altitude plus élevée que les ondes bêta, conduisent à une coordination mentale non auditive et favorisent l’apprentissage et l’intégration corps-esprit.
  • Les ondes thêta, encore plus lentes et de plus grande amplitude que les ondes alpha, créent une conscience accrue des signaux internes et encouragent la mémoire, l’apprentissage et la créativité.
  • Enfin, les ondes delta sont les ondes cérébrales les plus lentes avec la plus grande amplitude et provoquent un sommeil sans rêve, ce qui favorise la régénération et la guérison.

Le neurofeedback suggère que ces ondes fonctionnent de manière cyclique. Par exemple, les ondes alpha conduisent à l’absence d’éveil, mais sont aussi générées par une activité méditative et calmante. En d’autres termes, ils peuvent être activés par la détermination active d’un individu.

Comment le neurofeedback provoque-t-il le changement ?

Le neurofeedback tente de provoquer un changement en permettant à l’individu de surveiller ses propres ondes cérébrales. Pour ce faire, il utilise des appareils EEG (électroencéphalogrammes) qui traitent les signaux du cerveau et interprètent leurs fréquences.

Il s’agit d’utiliser un programme informatique qui fournit des graphiques, de la musique et d’autres stimuli pour diriger ses ondes cérébrales vers des états désirables. La rétroaction de l’appareil d’EEG montre si les schémas d’ondes cérébrales d’une personne s’améliorent, et l’activité subséquente peut être mieux dirigée pour réguler ces schémas plus efficacement.

Que se passe-t-il lors d’une séance de neurofeedback ?

Lorsqu’une personne entre dans une séance de neurofeedback, le thérapeute lui demande de s’asseoir et d’attacher des capteurs à son cuir chevelu. Le programme d’EEG de l’ordinateur commence alors à traiter les signaux du cerveau et à fournir une interprétation en direct. Certains praticiens utilisent le qEEG (EEG quantitatif) ou la cartographie du cerveau pour suivre les fonctions cérébrales et délimiter les zones problématiques. Cependant, ce n’est pas nécessaire pour la thérapie de neurofeedback, et son coût peut être restrictif.

Neurofeedback : techniques utilisées

La principale technique utilisée dans le neurofeedback consiste à faire jouer de la musique et des vidéos par le programme informatique. Lorsque les ondes cérébrales vont dans une direction souhaitable, la musique et la vidéo continuent à jouer. Dès que les ondes cérébrales commencent à aller dans l’autre sens, vers l’anxiété, par exemple, la musique et la vidéo s’arrêtent, et l’individu doit essayer de ramener les ondes cérébrales dans l’état souhaité. Plus la personne le fait souvent, à des niveaux de difficulté de plus en plus élevés, mieux elle s’y prend.

Certaines thérapies de neurofeedback, surtout lorsqu’elles sont utilisées pour les enfants souffrant de troubles de l’attention, fonctionnent comme un jeu vidéo. Les enfants doivent diriger leurs ondes cérébrales pour faire bouger les personnages dans certaines directions ou pour obtenir certains résultats à l’écran.

Pour quels types de préoccupations le neurofeedback est-il le mieux adapté ?

Bien que la validité du neurofeedback continuera d’être remise en question, les partisans de la thérapie le recommandent pour une gamme de conditions. Il est utilisé pour traiter les enfants, les adolescents et les adultes qui souffrent de convulsions, les personnes souffrant de troubles de l’attention, y compris le TDAH (trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité, l’autisme, les personnes souffrant de lésions cérébrales, de maladies mentales comme l’anxiété, la dépression et le SSPT (syndrome de stress post-traumatique), ainsi que l’insomnie et la perte de mémoire.

De nombreux praticiens le recommandent non pas comme un remède, mais dans le cadre d’un régime thérapeutique qui comprend d’autres types de thérapies de bien-être mental et physique.

Related Posts

Tags

Share This

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *